Larnod
Larnod

VISITE AU CENTRE DIOCESAIN

Larnod Loisirs - Page suivante >>

ASSOCIATION LARNOD***LOISIRS

VISITE AU CENTRE DIOCESAIN

DE VESONTIO A BESANCON TOUS LES CHEMINS PASSENT PAR ROME

« DANS LE SECRET DES CATACOMBES UNE EVASION POUR TOUCHER L’AME DES PREMIERS CHRETIENS, UNE BALADE MERVEILLEUSE DANS UN AUTRE TEMPS »

A l’occasion de cette visite, nous parlerons du « Grand Séminaire de Besançon » et non pas du « Centre Diocésain ». Suite à sa rénovation en 2005 il est aujourd’hui « une maison diocésaine ».

 

C’est dans la cour de la maison diocésaine que Bénédicte BAUDOIN, guide conférencière, nous retrouve.

Avant de parcourir cette collection exceptionnelle de moulages en plâtre, découvrons l’œuvre de Mgr Pierre PFISTER mais aussi Bénédicte BAUDOIN conférencière passionnée d’histoire.

L’art des catacombes dans l’œuvre de Mgr Pierre PFISTER       (Besançon 1895 – Rome 1963)

Le sol de la cave PFISTER s’effondre d’un mètre au 105 de la Grande Rue à Besançon laissant voir des vestiges romains  et voilà une vie transformée !  « Je compris que sous nos pas, tous les siècles passés nous portent. C’est une de ses gloires : à Besançon, Rome est partout ! » Note Pierre PFISTER né en 1895 et alors âgé d’une dizaine d’années.

Ordonné prêtre en 1924, P. PFISTER enseigne pendant 18 ans l’archéologie chrétienne au grand séminaire. Envoyé parfaire ses études à Rome à l’Institut Pontifical d’Archéologie Chrétienne en 1926, amoureux des catacombes et de l’art paléochrétien, il rapporte de son séjour des moulages comme support pédagogique de ses cours. Les moulages, en plâtre peint, réalisés par P. PFISTER dans les catacombes romaines et rapportés dans sa ville natale, sont un exemple de ce lien.

Bénédicte BAUDOIN guide conférencière membre de la commission culturelle du centre diocésain

Suite à des travaux de transformation du séminaire en Centre Diocésain en 2007, Bénédicte BAUDOIN découvre dans un grenier, des sculptures de sarcophages et des plaques de LOCULUS (niches des catacombes romaines pouvant contenir deux ou plusieurs corps. Les noms des défunts étaient gravés sur une plaque, on y apposait des objets ayant appartenu au défunt). Ce type de sculptures se nommait LOCULUS (niche funéraire) datant des IIIe et IVe siècles de notre ère. Bénédicte BAUDOIN se rend compte qu’il s’agit de moulages rapportés de Rome par Mgr Pierre PFISTER, professeur d’art chrétien au séminaire de Besançon de 1930 à 1963.

 

Malgré le désintéressement évident de ses supérieurs, elle décide de les restaurer et d’étudier le travail de P. PFISTER qui fut l’élève d’un archéologue Mgr WILPERT lui-même ancien élève de Giovani de ROSSI, fondateur de l’archéologie moderne. La recherche des uns et des autres a permis de mettre en valeur les vestiges de ces tombeaux, des profondeurs des catacombes du LATRAN (site  historique de Rome).

Les copies de ceux-ci se trouvent ici à Besançon.

« En 2012, la collection était en place », nous rappelle B. BAUDOIN. En 2013, deux fois de suite des vandales se sont introduits dans les locaux et ont systématiquement tout pulvérisés. Pendant plus d’une année celle-ci s’est rendue à l’atelier de moulage de la ville pour tout reconstituer avec l’aide de professionnels de l’endroit. Aujourd’hui son travail a payé.

Cette exposition nous a permis de comprendre la vie et l’œuvre de Mgr PFISTER artiste infatigable. Mais aussi à nous faire découvrir combien Bénédicte BAUDOIN, passionnante, a passionné l’ensemble des participants.

 


Larnod Loisirs - Page suivante >>